logo
homeAccueil > > Journal Gaumont
 

Actualités cinématographiques

 
 





1933 : départ des petits Parisiens en colonie de vacances

1959 : Marylin Monroe au pays de Shakespeare

1972 : le TGV 001



Gaumont Actualités

Sport, politique, vie mondaine et culturelle de 1900 à 1980
700 heures - Collection Gaumont

Dès 1897, la société L. Gaumont et Cie édite des bandes d'actualités mais de manière irrégulière.

En 1910, Gaumont lance son journal cinématographique hebdomadaire Gaumont Actualités. Les succursales établies dans le monde entier donnent aux actualités un caractère international et universel.

Lors de la première guerre mondiale Gaumont envoie sur le front Pierre Perrin en qualité d'opérateur au sein de la Section Cinématographique des Armées.

La France est triomphante en 1918 et Gaumont filme en couleur le défilé de la Victoire grâce au procédé trichrome (un objectif divisé en 3 parties sélectionnant 3 couleurs primaires) mis au point par Léon Gaumont.

Le cinéma parlant, plébiscité par le public, s’impose dès le début des années 30. Le premier numéro du journal commenté de France Actualités Gaumont paraît en octobre 1932.

Les actualités intéressent un public chaque jour plus important et représentent une source d'informations privilégiée pour les classes populaires en même temps que leur unique fenêtre sur le monde et les grands drames de ces années tumultueuses : l'assassinat du roi Alexandre de Yougoslavie, le procès du ravisseur du bébé Lindbergh, la guerre d'Espagne, l'explosion du Zeppelin Hindenburg.

En 1940, l'instauration d’un journal unique en zone occupée, pousse la Société nouvelle des établissements Gaumont (S.N.E. Gaumont) à éditer avec le concours de Pathé un journal en zone libre : Le Pathé Journal de Marseille (ou Journal de vichy) qui sera diffusé de 1940 à 1942. Cependant, dès 1942 et jusqu’en 1944 un seul journal est diffusé sur l’ensemble du territoire : France Actualités produit par une société mixte franco-allemande. Le Gaumont Journal renaît en 1946.

Au cours des décennies suivantes, Gaumont continue de produire et saisir en images l’air du temps de toute une époque en mêlant des sujets sur le sport, la politique, la vie quotidienne et mondaine, nationale et internationale à travers petits et grands événements.

La fin des années 60 marque l’essor inexorable de la télévision. L'existence de la presse filmée devient de plus en plus problématique et Gaumont doit se résoudre à mettre un terme à cette activité au milieu des années 70. La presse filmée ayant vécu, Gaumont crèe alors le Document de la semaine à mi-chemin entre l’actualité filmée et le court métrage. Cette formule perdure jusqu’en 1980.